• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le poseur de bombes de Luxembourg

Le poseur de bombes de Luxembourg

LE POSEUR DE BOMBES DE LUXEMBOURG

par pgibertie

 

Il parait que l’occident respecte les lois internationales et à ce titre reproche à la Russie d’avoir reconnu le référendum organisé par la république autonome de Crimée puis de l’avoir intégrée.

J’ai besoin que l’on m’explique pourquoi Jean Claude Juncker président de la commission européenne a reçu la responsable de l’Ecosse qui n’est pas un Etat souverain et qui est membre du Royaume Uni.

Ce qui est interdit à Poutine serait autorisé à Juncker …

 

Juncker joue avec le feu et pousse au crime, il veut punir les britanniques et faire éclater ce pays .

Demain Junker accueillera-t-il les représentants de la Catalogne, de la Corse ou de la Flandre ?

Mais les souhaits sécessionnistes ne sont pas les seuls à être encouragés, la fracture sociale l’est tout autant

Dans ce pays qui a accueilli depuis dix ans près de 3 millions de migrants, souvent issus de l’UE ou des pays membres du Commonwealth, les électeurs favorables au Brexit ressentent la multiplication des épiceries polonaises et des mosquées pakistanaises comme une menace pour leur mode de vie.

 

Leur crainte d’un déclassement est compréhensible : ces Britanniques sont les principales victimes des innombrables coupes budgétaires opérées dans les services publics au fil des ans, notamment dans le secteur de la santé. Leurs emplois ont été les premiers à être supprimés au lendemain de la crise financière de 2007-2008, qui a aussi pesé sur le montant des pensions de retraite.

La France est elle plus solide que la société britannique, je n’en suis pas certain et les propos de MINC sont monstrueusement irresponsables.

Alain Minc livre son indispensable analyse du scrutin, en employant cette audacieuse image :

« Ce vote pour le Brexit, c’est la victoire de ‘Downton Abbey’ sur les bobos, les créateurs d’entreprises et surtout les jeunes. Mais les aristocrates et la classe ouvrière n’avaient pas vu la conséquence du Brexit, c’est-à-dire l’éclatement possible du Royaume-Uni. »

Pour rappel, Downton Abbey, c’est cette célèbre série britannique qui retrace la vie d’une famille aristocrate… au début du XXe siècle. La victoire du Brexit serait donc celle d’un Royaume-Uni arriéré et poussiéreux sur sa frange dynamique et ouverte à la modernité, condamnée à subir le choix de ceux qui n’en savent pas assez pour pouvoir prendre les bonnes décisions. C’est du moins ce qu’Alain Minc laisse entendre dans une nouvelle saillie :

« Ce référendum n’est pas la victoire des peuples sur les élites, mais des gens peu formés sur les gens éduqués ».

 

Juncker est irresponsable, il est un fauteur de guerre civile. Ancien responsable d’un paradis fiscal, repoussoir ambulant il porte largement la responsabilité de la crise morale et politique de l’Europe.

Je ne cesse de répéter que la boite de Pandore est ouverte et que d’erreur en erreur nous sommes au bord d’une implosion qui n’affectera pas seulement l’Union Européenne mais les Etats qui la composent.

Martin SCHULTZ pousse dans le même sens que Juncker, à défaut de faire aimer l’Europe ? ils jouent la peur de la guerre civile et soufflent sur les braises.

Le troisième clown est l’ancien premier ministre belge Guy Verhofstadt.

Reconnaissons à Donald Tusk le refus de rencontrer Sturgeon.

 

“But even more notable, and confirming just how profound the chaos in Europe is in the post-Brexit world, was the mini scandal that just erupted at the EU summit, now sans Cameron, over the fate of Scotland. Here, in an attempt to anger the UK some more, EU commission president Jean-Claude Juncker, in comments to reporters, said that “Scotland won the right to be heard in Brussels. » This takes place just hours before Scottish First Minister Nicola Sturgeon is due to meet with Juncker later Wednesday

But while Juncker’s statement was meant to merely infuriate the UK even more, what he did instead is open a new Pandora’s box, one which invites all secessionist movements in Europe to demand a comparable treatment.

And, sure enough, just moments later, Spain’s PM Rajoy immediately said that he opposes any negotiation by Scotland with the EU adding that « If the UK leaves, Scotland leaves. »

Why the abrupt response ? Because Rajoy knows that is Scotland will be heard – and allowed to become independent – then Catalonia and the Basque Country are next.”

http://www.zerohedge.com/news/2016-06-29/scandal-erupts-euro-summit-over-scotland-while-draghi-says-no-rush-ease-policy

Detonator_-_Spiel_gegen_die_Zeit

Tout devrait être fait pour permettre une sortie de la crise par le haut


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 30 juin 2016 08:57

    Entièrement d’accord sur l’incongruité de l’accueil de la représentante de l’Ecosse à Bruxelles. Au moins cette péripétie a le mérite de montrer que l’objectif final des architectes de l’U.E. est bien le remplacement des états-nations par des régions pour constituer un tissu hétérogène qui permette en permanence de jouer à la hausse et à la baisse sur les êtres humains, comme les traders le font avec les produits financiers.


    Par contre, attribuer la désindustrialisation, ainsi que la destruction d’emplois et de couverture sociale est abusif. C’est l’oeuvre de Mme Thatcher relayée par Tony Blair, le résultat du « tina » et de la mise en place d’une politique ultra-libérale. L’Europe ne s’est approprié ce « modèle » d’une manière aussi limpide que par la suite, une fois que les dirigeants on constaté que, même sans vaseline on pouvait enfoncer le... clou. Et même, ça accélère le processus d’éclatement des structures sociales encombrantes pour le business.

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 30 juin 2016 08:58

      @Jeussey de Sourcesûre

      merci de lire :

      «  Par contre, attribuer la désindustrialisation, ainsi que la destruction d’emplois et de couverture sociale à l’Union Européenne est abusif. »

    • Elliot Elliot 30 juin 2016 20:39

      Il faut se mettre à la place de l’UE et de son représentant le plus caricatural : l’Europe n’aime pas les référendums – trop aléatoires – interroger le peuple n’est pas la tasse de thé des eurocrates, ils préfèrent transformer leurs élucubrations en directives.

      Alors quand des peuples se déterminent par référendum et en plus s’ils s’extraient du formatage auquel ils étaient promis, il y a comme un grain de sable qui conduit nos élites à des conduites aberrantes .
      Pour moi l’aberration n’est pas tellement dans la condamnation du choix des habitants de la Crimée : à partir du moment où ils choisissaient de retourner à la Russie, leur choix était illégitime pour ceux qui dans l’establishment européiste se sont essayés à la géopolitique anti-poutinienne en Ukraine avec les brillants résultats que l’on sait.

      L’aberration réside entre le traitement différent réservé à la Première Ministre écossaise reçue quasi en chef d’état membre de l’UE et le fait d’avoir snobé quelques semaines avant le chef indépendantiste du gouvernement catalan qui a trouvé porte close et qui était porteur des mêmes demandes.

      Mais il ne fallait pas désobliger l’Espagne !


      • ENZOLIGARK 1er juillet 2016 05:14

         ... A FRANCIA FORA ... INDIPENDENZA SOLA SOLUZIONE per Corsica *** ... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès